L'autorégulation positive des apprentissages

SIMONET - Finalisation - Ultima.pdf

3,29 Mo

Télécharger
pdf
SIMONET - Finalisation - Ultima.pdf

3,29 Mo

Date d'expiration : 18 mai 2023

L'administrateur n'a laissé aucun message

Description

Nous avons à vivre non point dans un monde nouveau dont il serait possible au moins de faire la description, mais dans un monde mobile, c’est-à-dire que le concept d’adaptation doit être généralisé pour rester applicable à nos sociétés en accélération (Berger, 1964) ».

Ainsi l’adaptation de l’homme à son écosystème semble passer invariablement par l’adoption, bien plus volontaire que contrainte, d’une posture d’acceptation de sa propre responsabilité dans l’établissement de ses buts, comme dans la gestion adéquate des manœuvres permettant leurs réalisations.

« Dans le monde d’aujourd’hui, et plus encore dans celui de demain apprendre est à la fois un préalable et un défi (Lecoq, 2018) », car que ce soient des notions théoriques ou des habiletés pratiques, apprendre est pour chacun un impératif fonctionnel permettant d’atteindre les niveaux de maîtrise requis d’un domaine, ainsi que les performances adaptatives souhaitées.

Dans cette perspective, « l’acte d’apprendre » relève d’un enjeu primordial, car il s’associe à une dynamique d’adaptation tangible et nécessaire au sein d’un environnement jamais totalement cristallisé.
Apprendre ne se résume pas uniquement à l’acquisition des connaissances, car c’est également l’adoption des méthodes d’apprentissage qui vont conduire vers la réussite. « Réussir implique non seulement la maîtrise de connaissances, mais également la capacité à s’autoréguler efficacement (Sitzaman & Ely, 2011) ».
Dans ces conditions, aider les élèves à mettre en place des stratégies d’autorégulation se justifie aisément, car cela leur permettrait d’avoir plus de facilité d’apprentissage et ainsi de s’améliorer rapidement et assurément. Selon Zimmerman et Martinez-Pons (1986), les stratégies d’autorégulation, quant à elles, sont une composante essentielle de l’apprentissage autorégulé, lequel est né dans les années 70 d’une envie d’impliquer plus fortement l’élève dans ses apprentissages.

Appliquer ces stratégies d’autorégulation permettra donc à l’élève de déployer l’apprentissage autorégulé, qui sera à son tour, à l’origine d’une autocontribution active dans son propre apprentissage afin qu’il parvienne à l’aboutissement du but fixé. L’apprentissage autorégulé est à la fois une théorie et un domaine de recherche sur l’apprentissage scolaire.